Claranova est-elle une rocket boursière?

Produit associé : CLARANOVA - Forum CLARANOVA
  • 637
  • 8
  • 54
  • 203
  • 4869
  • 225
  • Qui a voté?
A plus de X13 de son plus bas effectif de 0.07€ de l'été 2016, aucune résistance fixe n'ose s'afficher aujourd'hui sur le graphe du titre CLARANOVA entre 1.408€?  correspondant en gros au seuil de déclenchement d'un signal d'achat TLT en sortie de canal baissier historique, triste héritage de la vieille BVRP,   et pas moins de 4.048€ à en croire le module de ZB.

Le potentiel de gains à la baisse  devient quasiment nul sur les volumes traités sur une capitalisation boursière ne valorisant qu'une des trois filiales du groupe, sans vraiment savoir laquelle.....

On parle dans la presse, de licorne française, de futures sociétés du CAC40 regroupées dans l'indice TECH40, de nouvelle révolution technologique pour des dizaines ou centaines de milliards d'objets connectés d'ici 2025, de la technologie myDevices Cayenne comme JAVA de l'IoT, de l'énorme potentiel de la technologie blockchain et des cryptocurrencies .....

J'ai personnellement la conviction que la solidité du dossier, sur cette valorisation encore étonnamment faible, drainera bon nombre de liquidités issues des dégagements traditionnels du mois de mai faisant plonger les dossiers encore fragiles pour mieux les spéculer après les grosses chaleurs de l'été.

Et vous, comment voyez vous ce dossier pour les mois à venir ?
  • 54
  • 203
  • 4869
  • 225
  • Qui a voté?
avec ou sans lunettes?... :-))
  • 0
  • 0
  • 86
Rien de plus juste, je vois la valorisation de Clara à 1Md en 19 voir même en dessert 🍨 fin 18. 
  • 54
  • 203
  • 4869
  • 225
  • Qui a voté?
https://www.economie.gouv.fr/tech-40-nouveau-label-pour-valoriser-entreprises-innovantes

Emmanuel Macron:« La création du Tech 40 permet à la French Tech de disposer d’une place de marché boursière à la hauteur de ses ambitions et nous donne
les moyens d’identifier les entreprises du CAC 40 de 2025. »
  • 54
  • 203
  • 4869
  • 225
  • Qui a voté?
Combien d'année de stabilité au compA une société doit-elle avoir pour pouvoir être intégrée au CAC40 ?
Quelqu'un a-t'il  des infos à ce sujet?
  • 54
  • 203
  • 4869
  • 225
  • Qui a voté?
Article Boursorama12/01/2018 à 08:00

Quels sont les critères de sélection pour intégrer le CAC40 ?
Les 40 sociétés sont choisies parmi les 100 sociétés françaises dont les volumes d'échanges de titres sont les plus importants.
Pour intégrer le CAC 40, les entreprises cotées doivent remplir certaines exigences
financières tels que la liquidité du titre, la capitalisation boursière ou encore un échange quotidien important de titres.
A noter que pour intégrer l'indice phare de la bourse parisienne, le « flottant » est un critère essentiel.
Mais qu'est-ce que le flottant ? Ce concept désigne la part des titres d'une société qui peut effectivement être échangée sur le marché.
Si la majeure partie du capital d'une entreprise est détenue par l'Etat, alors le flottant sera relativement faible.
Il semble donc logique que le poids d'une entreprise au sein du CAC40 soit proportionnel à son flottant.
Enfin, la composition du CAC 40 est mise à jour trimestriellement par un comité d'experts.
Quand une société sort du CAC 40, elle est remplacée, en principe, par une des valeurs du CAC Next 20 .
Quelles valeurs sont présentes depuis sa création ?
12 sociétés ont intégré l'indice CAC 40 le 31 décembre 1987 et ne l'ont jamais quitté depuis.
Il s'agit d'Accor, Air liquide, Carrefour, Danone (ex BSN), Lafarge (désormais Lafarge Holcim) L'Oréal, LVMH
Michelin, Saint Gobain, Sanofi, Société générale et enfin Vivendi (ex Compagnie Générale des Eaux).
11 autres valeurs ont fait des allers retours au sein de l'indice. Il s'agit de PSA, Legrand, Essilor, Bouygues, Pernod Ricard,
Veolia, Axa (compagnie du midi) Schneider Electric  (Merlin Guerin), Total ( ex Elf aquitaine) et Engie (ex Lyonnaise des Eaux).
  • 54
  • 203
  • 4869
  • 225
  • Qui a voté?
Voilà un post plein de bons sens de notre ami WOLFUND sur le forum bourso en ce qui concerne le potentiel à 2 ou 3 ans:

Bonsoir à tous.
Pas eu vraiment de temps pour le forum.
Et comme la petite reprend des couleurs lentement mais surement, je passe vous lire de temps en temps.
Je constate que "l'industriel" n'a pas répondu à mes questions... Il
aurait du s'il avait pu. Et cela aurait peut-être levé quelques
doutes...
Question 1 : Quelle est la famille de causes à l'origine de plus de 80%
des pannes, dysfonctionnement, défauts aujourd'hui dans l'environnent
industriel ?
Cette question peut sembler hors de propos et pourtant... Plus de 80%
des pannes et dysfonctionnement sont dus à des causes liées à la
"connectiques", câbles, broches, clips... Même si pour l'instant on ne
peut vraiment y échapper au niveau des moteurs et actionneurs. Les
capteurs, sondes, caméras... sont par contre, à terme, destinés à
intégrer l'environnement Iot. Moins de problèmes de connexion, c'est
moins de pertes financières en arrêts d'installations, en dépannages, en
pertes produits... C'est des architectures de pilotages et de commandes
allégées, c'est des risques sécurité en moins... C'est une évolution
irrémédiable des processus...

Question 2 : Quelle est la cause à l'origine de plus de 99% des défauts,
écarts, rupture... de traçabilité et d'identification des composants et
produits, aujourd'hui, dans l'environnement industriel ?
Cette question également peut paraitre hors de propos et pourtant...
L'essentiel des problèmes relatifs à l'identification et la
trraçabilité, sont dus à des erreurs humaines, que ce soit lors de
l'enregistrement, lors de la transcription ou lors de l'archivage...
L'Iot va permettre de faire un pas en avant dans la fiabilisation de la
chaine de traçabilité parce qu'il sera possible d'associer à chaque
identification, l'intégralité des données du process de fabrication sans
que le facteur humain puisse créer la moindre interférence...

Ce sur quoi, les équipes de clara doivent faire la différence maintenant
c'est dans la démonstration de leur capacité à fournir un service de
stockage de données industrielles de type "cloud" suffisamment
performant pour couper l'herbe sous les pieds des opérateurs tél qui
vont se jeter sur l'intégralité des domaines comme une nuée de criquets
sur un champs de maïs...
Il faut une offre suffisamment étendue en terme de "capteurs", un
"algorithme" de pilotage simple et performant (c'est déjà le cas), un
service de stockage des données capacitaire pour l'industrie et surtout
une sécurisation des données lors des transfert et du stockage.

Le marché industriel est ENORME.

Donc on ne devrait pas attendre longtemps pour que la situation évolue de façon plus que significative en terme de valorisation.
Les gros opérateurs télécom commencent seulement à mesurer le potentiel du business...

Alors, au risque de me répéter, j'aime le 12.
Et cela ne ferait qu'une petite valorisation au dessus de 4 milliards.
Autant dire une paille avec le potentiel que représente le marché.
Et je ne parle que de la division Mydevices...

Bonne nuit à tous et gardez le cap.
  • 0
  • 0
  • 86
Il est d’une justesse sans faille dans son analyse fondamentale. Pour que le cerf-volant s’envole il faut le connecter, qui dit mieux?
  • 54
  • 203
  • 4869
  • 225
  • Qui a voté?
Pour ce qui est des premiers signaux coté marché industriel, je serai attentif aux premiers signaux venant de matOOma :

Pour rappel: mars 2017
https://www.lembarque.com/eolane-matooma-et-mydevices-mixent-technologies-lora-et-cellulaires-pour-les-reseaux-iot-prives_006028

A l’occasion du salon M2M, qui se tient à Paris les 22 et 23 mars 2017, l’entreprise de services industriels en électronique
professionnelle Eolane, le gestionnaire de parcs M2M Matooma et l’éditeur myDevices, la division IoT du groupe français d’édition de logiciels Avanquest, présentent en avant-première un démonstrateur de remontées de données, du capteur jusqu’à l’application.
Ce démonstrateur combine une infrastructure locale et privée de collecte et de traitement (capteur Movee et passerelle PicoGateway) en technologie LoRa d’Eolane, la connectivité GSM/GPRS vers l’infrastructure de collecte de Matooma et l’interface Cayenne de myDevices pour traiter et exposer les données surPC, tablette ou smartphone.

Dans le détail, le capteur Movee permet notamment de relever des informations en cas de détection de chocs et de vibrations, d’effectuer
des mesures d’inclinaison et d'orientation et d’analyser les conditions environnementales de température. L’ensemble des données relevées sont
ensuite transmises via la technologie LoRa vers la passerelle PicoGateway LoRa/GPRS. Cette dernière embarque une carte SIM universelle
multi-opérateur, la MatooCard de Matooma., qui assure la communication des données via le réseau mobile entre la passerelle PicoGateway jusqu’à l’application de visualisation de données Cayenne de myDevices, une IHM pour traiter les données reçues.

Selon les trois partenaires, l’association des technologies LoRa et cellulaires en mode privé garantit une transmission sécurisée et
optimale des données. De fait, explique Eolane, le réseau bas débit LoRa est destiné à piloter à bas coût et à basse consommation des
équipements et capteurs. Il permet ainsi de recueillir des informations d’équipements terrain au travers d’objets connectés nécessitant une
faible demande en énergie et de conserver une autonomie des capteurs de plus de 10 ans. Quant au réseau GSM, il garantit une remontée des
données collectées avec une couverture internationale tout en assurant une transmission fiable et continue.
« Mixer les technologies LoRa et cellulaires est une approche innovante et pertinente pour des déploiements propriétaires simples, low cost et sécurisés pour les industriels, que ce soit pour optimiser leur supply chain, leurs chaînes de production, monitorer et piloter leurs équipements et alimenter leurs algorithmes Big Data », précise Régis Lauret, directeur de la Business Unit M2M/IoT d'Eolane.

Répondre

no pic
Sujets similaires