Le faux débat sur la croissance Chinoise

  • 790
  • 0
La faiblesse de l’économie chinoise a été l’un des arguments cités par la FED pour ne pas augmenter ses taux. En 2014, la croissance économique chinoise a été de 7.4% et celle ci continue de chuter puisque les premiers chiffres officiels donnent une croissance annualisée de 7% seulement sur les 6 premiers mois. Nous sommes bien loin des taux de croissance de plus de 10% que la Chine a connu pendant de nombreuses années.

On entend très souvent que ce taux de croissance est manipulé par les autorités chinoises. Qu’en est-il réellement ? Quels sont les défis qui attendent la Chine (et sa monnaie RMB) pour relancer sa croissance économique ? 


Des indicateurs de croissance contradictoires en Chine



Le Premier ministre chinois Li Keqiang a estimé lui-même que certains indicateurs économiques sont mieux à même d’évaluer la croissance réelle de l’économie chinoise. Il a notamment cité la consommation d’électricité, la croissance du crédit et le volume de fret ferroviaire.

Faisons une petite comparaison des taux de croissance de ces indicateurs avec les chiffres publiés sur le PIB :

taux croissance chine
Entre 2014 et les 6 premiers mois de 2015, le PIB officiel a seulement chuté de -0.4% alors que la ces indicateurs économiques ont eux chuté de -3.3% à -4%. A première vue, le taux de croissance officiel du PIB chinois semble donc bien manipulé.


Quel est le taux de croissance réel du PIB en Chine?



En prenant en compte l’écart entre le taux de croissance des indicateurs et ceux du PIB officiel, l’économiste Albert Edwards travaillant à la Société Générale a estimé le taux de croissance réelle du PIB en Chine. Voici ces résultats :

taux croissance reel chine
En Jaune, c’est le taux de croissance officiel affiché par les autorités chinoises, celui sur lequel tout le monde se base, les chiffres que vous voyez dans les médias.

En Rouge, c’est le taux de croissance réel estimé par diverses économistes en extrapolant les données de divers indicateurs économiques (croissance du crédit, consommation d’électricité, volume de fret ferroviaire…).

La croissance actuelle en Chine serait comprise entre 3% et 4%, niveau atteint uniquement lors de l’éclatement de la crise des Subprimes en 2008.

Il faut ajouter à cela que si on retranche le taux d’inflation en Chine pour obtenir le taux de croissance réel, ca nous donne une croissance de seulement 2.5% en 2014 et d’à peine 1.5% sur les 6 premiers mois de 2015. Bon, je vous l’accorde c’est un calcul rapide et approximatif, mais c’est pour vous donner un ordre d’idée sur la croissance réelle en Chine estimée par les économistes.


La croissance en Chine est-elle si faible que ça ?



Non car la Chine développe de plus en plus son secteur tertiaire. Pendant de longues décennies, l’économie Chinoise a été basée principalement sur le secteur industriel et les exportations. Depuis quelques années, le secteur tertiaire est en plein boom avec le développement du e-commerce notamment. Le géant Alibaba (Alibaba vs Amazon) en est l’exemple parfait.

Or, le secteur tertiaire n’est pas un gros consommateur d’électricité et ne recourt pas au fret ferroviaire, indicateur précédemment utilisés par les économistes pour évaluer la croissance réelle du PIB en Chine. Il y a donc tout un pan de l’économie qui n’est pas pris en compte dans ses extrapolations. Les études de croissance montrent donc uniquement que le secteur industriel est mal en point en Chine.

On peut donc en conclure que les estimations des économistes sont loin de la réalité. Le PIB Chinois est sans doute supérieur à 3 ou 4% cette année. En tenant compte du secteur tertiaire, Natixis évalue la croissance chinoise pour 2014 à 6.9%, soit seulement 0.5% en dessous du chiffre des autorités. Toutefois, au niveau de la Chine, ce taux de croissance reste alarmant au vu de la pression démographique du pays.


D’où provient ce ralentissement progressif de l’économie Chinoise?



On sait qu’une économie tire sa croissance de deux éléments : la demande domestique (consommation + investissement) et la demande extérieure (les exportations).

Pour évaluer les exportations, jetons un coup d’œil à l’évolution de la balance commerciale (exportations – importations) en Chine :

balance commerciale chine
Source : Tradingeconomics.com
On constate que la balance commerciale atteint des niveaux records. Or, en 2014, les exportations ont progressé seulement de 4.7%. Si la balance commerciale augmente autant, c’est donc que les importations s’effondrent. C’est le signe que la demande domestique est en chute libre en Chine. Contrairement à ce qu’on peut nous faire croire, le marché intérieur chinois n’est pas en plein boom. Il l’est mais seulement sur certains secteurs d’activités très précis (tels que le e-commerce par exemple) mais tout le reste de l’économie tourne au ralenti.

La faiblesse de la demande domestique intervient alors même que les autorités chinoises ne cessent d’investir massivement dans l’économie (relance de type Keynésienne, investissements d’infrastructures) pour tenter de relancer l’activité. Malgré ça, la consommation des ménages chinois ne décolle pas. La croissance actuelle en Chine, si faible soit t-elle est du uniquement à l’Etat. Si l’Etat arrêtait d’investir massivement, le taux de croissance serait en revanche proche des 3 ou 4% seulement….

En Chine, la situation est la même que dans les autres pays du monde. La croissance est artificielle et uniquement du à l’injection massive de liquidité. Par rapport aux autres pays développés et notamment les Etats Unis, il n’y a que la méthode utilisée qui change. On entend rarement parler de QE en Chine, pourtant nous n’en sommes pas loin !


Le salue passe par une libéralisation de l’économie



Pour devenir une économie moderne, la Chine doit passer par une mutation structurelle qui la pousse d’un secteur industriel omniprésent, vers un secteur tertiaire encore sous développé. Le problème en Chine, c’est que l’Etat contrôle tout. Toutes les grandes entreprises du secteur industriel appartiennent en grande partie à l’Etat. L’Etat a toujours fixé les règles, des règles très strictes. Mais pour développer le secteur tertiaire, il faut laisser de la place aux secteurs privés ce qui est loin d’être le cas actuellement. Le marché du travail chinois doit se libéraliser peu à peu.

Pour le moment, tout est fait pour ralentir le développement du secteur tertiaire. Les salaires y sont 40% inférieurs à ceux du secteur public et surtout les barrières administratives sont nombreuses. Si le groupe Alibaba a réussi à se développer autant, c’est que son patron à des relations privilégiées avec les autorités chinoises. Mais pour les jeunes entrepreneurs, développer son entreprise en Chine est un véritable parcours du combattant. Résultat, le secteur tertiaire ne se développe pas comme il le devrait. Depuis quelques années, la Chine souhaite stimuler la demande par une politique de l'offre mais on est encore très loin du résultat !


Conclusion



Bien que les autorités Chinoises manipulent la plupart des données économiques, ces dernières ne semblent pas si éloignées de la réalité. Toutefois, la croissance Chinoise est actuellement proche des niveaux de 2008, ce qui est très inquiétant. Ce qui inquiète encore plus, c’est qu’une grande partie de la croissance actuelle est artificielle et est du à des investissements massifs de l’Etat. L'Etat ne pourra pas tenir se rythme éternellement et on voit déjà les limites de cette méthode avec la chute progressive du taux de croissance du PIB Chinois. La consommation intérieure reste très faible et peine à se développer. C’est pourtant par la que la Chine pourra trouver son salue et retrouver le chemin de la croissance. Les autorités chinoises sont-elles prêtes à accepter la libéralisation de leur économie ? L’avenir nous le dira…. mais le vrai débat est bien la, pas sur la manipulation des chiffres ! Les chiffres officiels, tous les pays les manipulent.... (cf Manipulation du PIB aux USLes chiffres truqués du chômage aux USLes chiffres truqués de l’inflation)

A propos du posteur

  • 669
  • 4542
  • 17362
  • 7775
Créateur du site Centralcharts et auteur du livre "Trading à sens Unique" (consultable gratuitement sur CentralCharts)

Les 3 formations proposées par CentralCharts :
Formation au Trading en accéléré
Formation au Trading - Niveau avancé
Formation aux crypto-monnaies

 

Ajouter un commentaire

no pic

Commentaires

0 Commentaires