Votre épargne menacée par la prochaine crise !

  • 17445
  • 1
La prochaine crise financière et économique est proche. Toutes les grandes institutions du monde de la finance s’accordent à le dire, les grandes banques, les experts du FMI, les centres de recherches économiques, les économistes les plus réputées…. On la prédit même pour 2015. Il n’y a que les autorités Étatiques qui préfèrent crier haut et fort que tout va bien, que tout va s’arranger. J’adresse tout particulièrement mes félicitations à François Hollande qui excelle dans ce domaine….

Je ne peux que rejoindre l’avis des experts au vu de la situation actuelle des plus grandes économies du monde. Une analyse rapide des chiffres économiques montre rapidement que la situation n’est pas tenable et qu’une nouvelle crise économique et financière est inévitable. La seule interrogation vient du point de départ. Une fois que la confiance entre les acteurs va commencer à s’effriter (comme cela a été le cas en 2008), la spirale infernale va se mettre en route avec des effets désastreux. L’ampleur de cette crise risque d’être encore plus violente qu’en 2008. Au final, c'est vous et mois qui allons payer....


Pourquoi une crise financière est inévitable ?



-

Statistiquement

: La première raison est cyclique. Tous les 7 ans, une nouvelle crise économique et financière éclate dans le monde. En 1994, il y a eu la bulle obligataire, en 2001 la crise de l’internet, en 2008 la crise des subprimes ce qui nous donne donc 2015 pour la prochaine crise ! 

Il y a toutefois une différence par rapport à la période pré-crise des dernières décennies. D’habitude, avant une crise tous les indicateurs sont au vert, il y a simplement quelques signes avant coureur pour qui veut bien les voir. Cette fois c’est différent. La crise tout le monde l’annonce, tous les chiffres sont alarmants. Ce qui me fait penser que cette prochaine crise va être encore plus destructrice que celle de 2008.

-

Endettement

: Tous nos Etats, toutes nos banques centrales sont surendettés. Ces institutions ont essayé de nous sortir la tête de l’eau par la dette. Entre 2008 et 2015, tous les Etats des plus grands pays développés ou presque ont vu leur dette publique s’accroître considérablement (cf La dette publique mondiale en forte hausse !). Quand j’entends depuis plusieurs années que de nombreuses économies sont placées sous le signe de l’austérité, je me demande comment on arrive à autant creuser de tels déficits…. 

Au niveau des banques centrales, c’est encore pire. Elles ont toutes enchaînées les programmes de QE (Assouplissement quantitatif) à tour de rôle pour soutenir artificiellement l’économie réelle (cf La BoJ, championne du QE). Le problème, c’est que ces liquidités ne vont pas dans l’économie réelle mais servent uniquement à la hausse irrationnelle des marchés financiers (à des fins spéculatives). Mêmes les banques le reconnaissent….

La seule chose qui a tenu les quelques points de croissance dans certains pays, c’est la dette (notamment au US). Mais on ne peut pas continuer indéfiniment à en injecter toujours plus, un jour ca finit par éclater…. 

-

Croissance

: C’est très simple, en Europe, il n’y en a pas. Pendant les rares périodes de sursaut, cette croissance est trop faible pour générer durablement de l’emploi. Il n’y a que l’Allemagne qui arrive à tirer son épingle du jeu mais le ralentissement est déjà la. De plus, cette croissance s’est faite au prix d’une précarité croissante pour la population !

Heureusement il y a eu la baisse de l’Euro récemment qui a permis de sauver les meubles. Le problème, c’est qu’il n’y a que l’Allemagne qui est un grand exportateur de produits. En France et dans le reste des pays d’Europe, notre secteur manufacturier est quasi inexistant. La faute à une très mauvaise compétitivité du fait des charges toujours plus lourdes qui pèsent sur les entreprises (contrairement à ce qu’on veut nous faire croire) et à des couts salariaux qui rendent l’embauche presque impossible. Ne blâmez pas les entreprises, blâmez l’Etat ! 

Il n’y a qu’à voir la croissance générée par la chute spectaculaire de l’EUR/USD (cf analyse fondamentale de l’EUR/USD) sur la croissance en Europe. Quelques dixièmes de point de croissance…

Aux Etats Unis, avec l’arrêt du QE par la FED, la croissance faiblit peu à peu… (Je vous invite également à lire : Manipulation du PIB aux Etats Unis). A tel point que la FED se demande si elle doit lancer un nouveau programme de QE. Encore de la dette…. 

Dans les pays émergents, toutes les économies ont perdu plusieurs points de croissance ces dernières années. Les BRICS ne vont plus rêver les investisseurs comme avant….

-

Emploi

: Ca n’a échappé à personne, l’emploi se porte très mal dans la plupart des pays du monde. Les seuls pays ou le taux de chômage à baissé, cela s’est fait au prix d’une précarité croissance et d’une hausse vertigineuse des emplois précaires ou à temps partiel. Mais dans tous les pays du monde, les statistiques sont faussées et le taux de chômage est bien au dessus de ce qui est affiché. Vive la communication ! Et dire que la plupart des journalistes relayent l’information comme des moutons sans réfléchir…. 

En Grande Bretagne, il y a par exemple plus de 8 millions de personnes à temps partiel sur un total de 30 millions de travailleurs. On est presque à un tiers de la population qui travaille à temps partiel. La définition du temps partiel la bas, c’est moins de 16h par semaine…. Je pense que parmi eux un très grand nombre aimerait avoir un travail à temps plein. 

En France, on a tout simplement enlevé dans le calcul du taux de chômage les personnes recherchant un emploi dans les DOM TOM ainsi que toutes les personnes ayant travaillé au moins une heure dans le mois !! Vous travaillé 1h, vous n’êtes pas considéré comme chômeur en France ! Vive la manipulation statistique ! Vive la communication ! Vive l’Etat ! Le chiffre réel en prenant en compte toutes les catégories de chômeurs est proche des 6 millions (3.5 millions officiellement….). Je précise que ces chiffres sont disponibles sur le site de l’INSEE. 

Aux Etats Unis, si on tient compte du nombre de personnes cherchant réellement un emploi, vous pouvez multiplier le taux de chômage officiel par 2 pour avoir le chiffre réel… (cf Les chiffres truqués du chômage aux Etats Unis).

Quand à l’Allemagne, les créations d’emplois se sont fait pour la grande partie du fait d’emplois précaire et d’une démographique favorable (cf : Fin du modèle économique Allemand ?)

-

Géopolitique

: Les facteurs de tensions sont nombreux dans le monde. J’en vois deux principaux. Il s’agit de la guerre déclarée entre la Russie et les pays Occidentaux. Les avancées en faveur de la paix sont pour le moment au point mort, la signature d’un cessez le feu n’est que temporaire et les combats pourraient rapidement reprendre, menant le monde à une escalade de la violence.

Au sein de la Zone Euro, la source d’inquiétude vient de la Grèce et il y a de quoi ! On se demande comment la Grèce va être capable de rembourser sa dette. Je doute fort qu’il en soit capable au vu de l’état du pays. Je vois deux possibilités : une annulation totale de la dette (on n’a déjà tirer un trait sur 1/3 mais les créanciers ne vont pas accepter plus) ou une sortie de la Grèce de la Zone Euro. Un article vient d’ailleurs d’être publié par le Times dévoilant un document secret qui fait apparaître que la sortie de la Grèce de la Zone Euro a été prévu dans le cas ou elle n’arriverait pas à honorer sa dette. Quand on voit la volonté des Allemands de s’enlever ce boulet au pied, on se dit qu’un tel scénario est loin d’être une fiction…. 

-

Immobilier

: Dans de nombreux pays, un bulle immobilière s’est formée. C’est le cas en Grande Bretagne, au Brésil, au Canada et en Chine notamment. Les prix de l’immobilier sont tirés vers le haut non pas du fait d’une hausse de la demande réelle, mais par une surabondance des crédits. Quand on voit toutes les liquidités que les banques centrales ont déversé un peu partout dans le monde, il faut bien qu’elle aille quelque part (vu que ce n’est pas dans l’économie réelle…).

-

Marchés financiers

: Tous les indices boursiers sont au plus hauts alors que la situation économique mondiale est très loin d’être réjouissante. De nombreux indices battent mêmes des records de cotations et sont à leur plus hauts historiques ou à des niveaux d’avant crise ! Les banques centrales donnent gratuitement de l’argent aux banques qui sont censés le réinjecter dans l’économie réelle en accordant des crédits. Mais en réalité, tout cet argent sert à des fins spéculatives pour alimenter la hausse des marchés. Ce sont donc principalement les banques et les fonds de gestion qui alimentent la hausse, les particuliers eux commencent à peine à arriver. On dit souvent que lorsque les particuliers arrivent sur les marchés financiers, il est temps pour les professionnels de se retirer…. 

Il faut savoir également que la hausse artificielle des marchés boursiers est également soutenue par les entreprises qui rachètent elle-même leurs propres actions. 

Les marchés boursiers sont un château de carte….. plus les marchés sont hauts, plus c’est risqué d’acheter. Qui va retirer en premier ses billes, on ne le sait pas mais ca risque d’entrainer une violente chute !! Si vous avez de l’argent investi en bourse, sortez pendant qu’il est encore temps !!! Peut être que le marché va continuer à grimper encore quelques mois mais la crise est inévitable et elle entraînera tout sur son passage.


Les premiers signes de la crise sont là



Une nouvelle crise financière et économique est inévitable. On ne sait pas quand (elle aura peut être lieu en 2015 ou 2016 - cf Peut-on prévoir une crise ?), on ne sait pas non plus quel va être l’élément déclencheur poussant les investisseurs dans une crise de confiance. 

Un credit crunch va alors se produire, c'est-à-dire un durcissement des conditions d’obtentions de crédit. Le phénomène est déjà en route puisque aux Etats Unis, on vient d’assister au plus haut pic de rejets de dossiers de crédit jamais enregistré aux États-Unis. Les États-Unis vivent grâce au crédit. Si vous coupez la source qui maintient encore la consommation intérieure à un niveau encore élevé, on peut facilement imaginer l’impact désastreux sur la croissance américaine…. Et sur le reste du monde !

On peut également constater que les faillites bancaires sont au plus haut dans de nombreux pays du monde, tout comme avant la crise de 2008….

Les institutions financières mettent tous en garde contre l’éclatement de cette crise. On a rarement vu un consensus aussi flagrant quand à l’éclatement d’une crise économique. Le FMI vient de mettre en garde les dirigeants des pays contre un « choc de liquidité mondial ». Le dirigeant de JP Morgan a adressé une lettre à ses clients pour les avertir du risque important d’une nouvelle crise économique et financière mondial. Jamie Dimon (le PDG) estime « que la prochaine crise provoquera donc des mouvements plus prononcés encore sur les marchés, avec "un rapide déclin des valorisations, y compris sur des marchés qui sont très liquides". Il estime également que « les exigences de capitaux et de liquidités limiteront ainsi la capacité des banques à amortir les prochains chocs sur les marchés financiers ». En d’autres termes, il sous entend que cette crise sera pire que la précédente…..

Pour éviter l’éclatement d’une nouvelle crise, au lieu de choisir la facilité avec la dette, il aurait fallu soit adopter la méthode keynésienne qui consiste à relancer la croissance par l’investissement de grands projets publiques ou faire des réformes structurelles profondes. Mais les autorités n’ont rien fait. Au contraire, elles ont continué à favoriser la spéculation en soutenant les grandes banques, en leur accordant tous ce qu’elles voulaient (alors qu’elles sont responsables de la crise des subprimes). Cela montre le courage politique des hommes au pouvoir…. Ils sont tous coupables de n’avoir rien fait alors que l’histoire leur offrait une opportunité avec la crise des subprimes !

Au niveau des réformes structurelles, certains pays tels que l’Allemagne ou le Royaume Uni ont tenté l’expérience avec le succès que l’on connait. Alors certes, cela s’est fait au prix de certains sacrifices et notamment une plus grande précarité des travailleurs (travail à temps partiel…). Mais si tous les pays de la Zone Euro avaient joué le jeu (la France en premier ! ), ils n’auraient peut être pas donné du plomb de l’aile à cette croissance initiée chez nos voisins. Une spirale positive se serait alors peut être mise en place. Nos hommes politiques sont vraiment une bande d’incapables dépourvus de courage quand il s’agit de faire de vrais réformes !


Qui va payer la note ?



Pour sortir de la crise de 2008, la FED avait initié un programme de QE que toutes les autres banques centrales ont repris à tour de rôle. Malgré cette perfusion permanente, une nouvelle crise économique et financière pointe le bout de son nez. Lorsqu’une crise éclate, les dégâts sont considérables sur l’ensemble des acteurs économiques mais également des acteurs financiers. Nous l’avons vu pendant la crise de 2008. Les banques centrales vont devoir parer au plus pressé pour contenir au maximum le risque systémique mais il y a de fortes chances pour que cela soit insuffisant pour stopper l’hémorragie. Si en période de calme c’est insuffisant, je ne vois pas comment en pleine tempête ca peut suffir….

Pour nous protéger de la crise, en Europe, on compte sur le plan de protection du système bancaire…. En 2024, un fond de protection du système bancaire doit être doté de 55 milliards d’euros que les banques auront provisionnés pour faire face à une nouvelle crise. Actuellement, le fond dispose environ de 25 milliards. Les autorités européennes espèrent nous faire croire que 25 milliards suffiront à endiguer une crise économique et financière en Europe ??? A titre de comparaison, la BCE à injecter 1100 milliards pour son programme de QE dernièrement et c’est insuffisant pour relancer la croissance atone en Europe… On peut m’expliquer comment il compte faire si une grande banque fait faillite (et qu’on ne me dise pas too big to fail…) avec 25 milliards ?

Du côté des Etats, ce n’est pas beaucoup mieux. En Europe, la plupart des pays ont déjà le couteau sous la gorge. La France va d’ailleurs bientôt dépasser les 100% de dette par rapport au PIB… les pays d’Europe du Sud eux sont déjà au tapis. 

Outre atlantique ce n’est pas mieux. Les Etats Unis sont surrendétés également. D’ailleurs, les investisseurs commencent à fuir le Dollar comme monnaie de réserve… Avant même une nouvelle crise, ils commencent à douter de la capacité des Etats Unis à rembourser leur dette à long terme.

Si on enlève les banques centrales, les fonds de secours et les Etats, qui reste t-il pour payer la note de la prochaine crise ? Vous….


Les mesures qui font peur pour votre épargne….



Vous vous rappelez la crise chypriote en 2010 ? La faillite du système bancaire a conduit les autorités à saisir les comptes en banque des clients dont le montant était supérieur à 100 000€. Chypre est un petit pays alors ca n’a pas fait plus de bruits que ca et puis il y avait de nombreux comptes non déclarés. Mais imaginez que cela se passe dans un autre pays, en France par exemple ? Vous trouvez ca juste vous qu’on saisisse votre épargne ???

Pourtant, si la crise est profonde, c’est ce qui risque de se passer. Vous vous dites certainement que Chypre était une exception, que la loi n’autorise pas ce type de pratique… Et bien si et depuis récemment !

Les accords sur l’Union Bancaire (votés par les pays membre de la Zone Euro) que tout le monde plébiscitait autorise justement les banques à prendre votre argent… c’est ce que l’on appelle le renflouement interne (bail in en anglais). Elles peuvent y recourir s’il y a un risque de faillite de l’établissement. Inutile de vous dire que pendant une crise, le risque est grand ! Sur quels établissements ca va tomber ? Ca on ne sait pas. Tous ne vont pas recourir à cette mesure, seulement ceux les plus touchés par la crise…

Cette mesure concerne les épargnants disposant d’un compte supérieur à 100 000€. Pour les autres, vous pouvez donc dormir sur vos deux oreilles, si votre banque fait faillite, il y a toujours la garantie bancaire à hauteur de 100 000€. Oui mais….

Cette garantie est assurée par l’Etat et par la banque en difficulté (de part le fond qu’elle alimente en dotation). Les dotations de ces fonds sont insuffisantes pour couvrir tous les dépôts. Un exemple récent l’a montré en Bulgarie. Les épargnants disposaient de 1.8 milliard dans une grande banque du pays qui a fait faillite. Le fond n’a couvert que 1 milliard des dépôts. 800 millions que l’état à du prendre à sa charge pour couvrir la garantie bancaire.

Mais voila qu’en 2014, l’Etat Autrichien a lui tout bonnement décidé de stopper cette garantie. Il a déclaré que ce rôle serait désormais pleinement assuré par le fond d’assurance des dépôts alimentés par les banques. Dans 10 ans, il est censé atteindre 1.5 milliards de dollars… Autant dire, si la crise éclate et qu’une banque fait faillite en Autriche, tous les épargnants perdront définitivement leur argent ! La encore, personne n’en a parlé dans les médias, cela s’est fait en toute discrétion. 

Si l’Autriche a adopté cette mesure, c’est que les autorités estime que le risque de faillite bancaire est grand dans leur pays et que l’Etat n’a pas envie de payer. Les autorités Autrichienne ont répondu que le renflouement interne des banques était la norme en cas de risque de faillite.
Pour rappel, les pays de la Zone Euro disposent maintenant d’un fond de protection du système bancaire depuis les accords sur l’Union Bancaire. Les Etats garantissent encore les comptes au sein des banques mais qui nous dit que d’autres pays ne vont pas suivre l’exemple de l’Autriche ! Rien ne les empêche de le faire….

Il n’y a plus qu’à espérer de ne pas être dans la mauvaise banque quand la prochaine crise économique et financière va éclater !

A propos du posteur

  • 669
  • 4542
  • 17362
  • 7775
Créateur du site Centralcharts et auteur du livre "Trading à sens Unique" (consultable gratuitement sur CentralCharts)

Les 3 formations proposées par CentralCharts :
Formation au Trading en accéléré
Formation au Trading - Niveau avancé
Formation aux crypto-monnaies

 

Ajouter un commentaire

no pic

Commentaires

1 Commentaires