Définition d'une agence de notation financière

  • 623
  • 0


Qu'est ce qu'une Agence de Notation ?



Une agence de notation financière a pour rôle d’évaluer la solvabilité des entreprises privées, publiques, les collectivités locales ou encore les Etats. En anglais, on parle de « rating ». En bourse, ces agences font la pluie et le beau temps. Elles ont un impact fort sur les marchés financiers.

Les agences donnent une opinion sur la viabilité d’une entreprise ou d’un Etat à rembourser ses dettes. En d’autres termes, elles évaluent le risque de non remboursement pour les créanciers. La notation attribuée par les agences de notation détermine la qualité de la signature de l’emprunteur.

L’évaluation se base uniquement sur des critères financiers à travers des ratios (ratio de liquidité, soldes intermédiaire de gestion par exemple), l’étude du bilan comptable ou encore du compte de résultat. L’évaluation d’une entreprise se fait à la demande. En effet, c’est l’entreprise qui paye pour être évalué.

Parmi les agences de notations financières les plus connues, il faut retenir ces 3 grands noms que sont : Fitch Ratings, Moody's et Standard & Poor's. Les deux dernières sont Américaines et détiennent chacune 40% des parts de marché du secteur. Fitch, société française, n’a que 14%.

Notation des agences financières



Chaque agence de notation financière possède son propre système de notation. Toutefois, leurs notations ont quasiment la même signification. Voici un tableau récapitulant les différentes notations qui peuvent attribuées aux entreprises ou aux Etats :

notes agences de notation
Chaque notation peut être suivi d’un + ou d’un – (ou d’un 1 ou 2 chez certains), afin de classifier de manière plus pointue chaque emprunter. Les différentes notations sont regroupés en plusieurs familles qui traduit du risque de l’emprunteur :
rating agences de notation
Enfin, sur le moyen terme (dans les 3 mois généralement), chaque notation peut être assortie d’une perspective négative, positive ou d’une mise sous surveillance. Cela signifie que l’emprunteur peut voir sa note évoluer dans les prochains mois si les recommandations fournies par les agences de notation ne sont pas suivies ou qu’un événement précis intervient dans la vie de l’entreprise (fusion acquisition, introduction en bourse….). Dans la plupart des cas, une mise sous surveillance ou une perspective négative se traduit par une dégradation de la note.

Impact de la notation financière



La qualité de la signature, son « grade », à un impact fort sur les conditions de financement de l’entreprise ou de l’Etat. Plus la notation sera bonne, plus le coût d’emprunt sera faible. Cela est valable à la fois pour un financement à travers les marchés financiers (la bourse) mais également pour les emprunts bancaires.

La notation de l’Etat sert de référence pour toutes les entreprises du pays. Une entreprise ne pourra avoir un cout de financement inférieur à l’Etat auquel elle est rattachée. Le taux d’emprunt de l’Etat sert de référence au marché, c’est ce que l’on appelle le taux sans risque (la crise actuelle nous a montré qu’il n’éxistait pas d’actif sans risque, y compris un emprunt d’Etat mais c’est le nom communément utilisé). Même pour une entreprise notée AAA, notation maximale, le cout d’emprunt sera supérieur à celui de l’Etat. On rajoute pour chaque entreprise une prime de risque qui est fonction de sa notation. Plus sa notation est bonne, plus la prime sera faible. Ainsi, des entreprises rangées dans la famille « Spéculatif » auront une prime de risque importante et des taux d’emprunts parfois dépassant les 10% sur le marché.

Toutefois, la notation d’un emprunt peut évoluer dans le temps. Ainsi, dans le cas d’une élévation de la note, le cours de bourse va monter et les taux d’emprunt vont baisser. L’effet inverse se produira en cas de dégradation de la note.
D’une manière générale, un bon rating de la part d’une agence de notation sur une entreprise aura pour effet d’attirer les investisseurs. Les compagnies d’assurance ne peuvent posséder dans le portefeuille que des actifs AAA. Toutefois, les AAA deviennent une denrée rare avec la crise et à terme, avec l’aggravation de la crise de la dette, on peut se demander si un actif conservera cette note maximale.

Des agences de notations critiquées



Les principales critiques contre les agences de notation sont dues à leur fonctionnement même. En effet, ce sont les entreprises qui payent pour être évaluer ce qui créer un conflit d’intérêts. D’un côté, il y a le client, qui souhaite forcement avoir la meilleure notation possible et de l’autre il y a l’agence de notation qui par-dessus tout ne souhaite pas perdre son client. On peut donc se demander si les entreprises sont évaluées à leur juste valeur, si elles ne sont pas surestimées quant à leur capacité de remboursement.

Certaines personnes avancent également le fait que les agences n’ont pas vu la crise économique venir et que par conséquent elles sont inefficientes. On peut en effet douter de la capacité d’analyse de ces agences. On peut également citer des exemples plus précis sur des sociétés tels que Vivendi ou Enron qui quelques jours avant leur faillite avaient encore la notation maximale.

La dernière crise financière a également ravivé les critiques sur la place des agences de notation dans la spéculation. La commission Européenne ainsi que les gouvernements européens ont critiqué directement les agences en indiquant qu’elles alimentaient la spéculation notamment sur les Etats. La dégradation des notes des pays telles que l’Espagne, le Portugal, la Grèce ont eu pour effet d’aggraver encore plus la dernière crise, les Etats ayant de plus en plus de mal à se financer. Les agences de notation auraient une tendance à sur-réagir une fois que le problème intervient.

Une autre critique sur les agences concernent leurs critères d’évaluation qui restent à ce jour opaques. Aucun détail n’est fourni quant aux critères de notation d’une entreprise ou d’un pays.

Enfin, avec l’importance du risque de crédit et les nouvelles normes Bâle III, les investisseurs attachent de plus en plus d’importance aux notations des agences. Ces agences sont en situation de d’oligopole (quelques entités regroupent la totalité des parts de marché).

Alternatives au système actuel de notation financière



Trois alternatives ont été à l’heure actuelle émises pour faire face aux critiques concernant les agences de notation financière :

- « L’investisseur – payeur » : Pendant de nombreuses années, ce sont les investisseurs qui payaient pour obtenir la notation d’une entité. Certains voudraient que ce système reviennent à l’ordre du jour afin d’éviter les conflits d’intérêts entre le client et l’agence. Toutefois, ce système reçoit des critiques du fait de la diffusion ou non de l’information au public. En effet, l’investisseur qui a payé pour obtenir une note ne souhaitera pas forcement partager cette information. Il faut savoir qu’en moyenne, une demande d’évaluation par une agence de notation coûte dans les 70 000 dollars.

- Création d’une agence de notation publique : C’est ce qui a été suggéré par les gouvernements Européens qui souhaitent créer une agence Européenne qui serait chargé de noter les Etats. Aux Etats Unis, la SEC a également soumis cette idée. Le problème est qu’il faudrait une agence de notation mondiale sinon des disparités pourraient apparaître entre les méthodes d’évaluation des différentes agences. Il n’y aurait alors plus de comparaison viables entre les différents pays ou zones géographiques ce qui est un problème majeur pour les investisseurs. De plus, une agence publique implique des lourdeurs administratives qui pourraient ralentir considérablement le processus de notation.

- Utilisation d’un intermédiaire : Un tiers pourrait s’interposer entre l’agence de notation et le client. Ce tiers serait une autorité de marché qui exercerait un contrôle sur les agences. Il serait chargé de choisir une agence pour répondre aux différentes demandes des clients. La notation serait toujours à la charge du client. Tout conflit d’intérêts serait ainsi évité. Le problème est que ce type de méthode reçoit l’opposition des agences de notation qui souhaitent conserver leur indépendance mais également leurs clients qui payent pour recevoir une bonne notation.

A propos du posteur

  • 729
  • 4542
  • 17957
  • 7306
Auteur du livre "Trading à sens Unique" (consultable gratuitement sur CentralCharts)

Ajouter un commentaire

no pic

Commentaires

0 Commentaires