Définition d'une action

  • 1035
  • 0


Qu'est ce qu'une action ?



Une action est une part du capital social d’une société. En étant détenteur d’une action, vous possédez une partie de l’entreprise. C’est donc un titre financier de propriété qui vous est donné en échange de liquidités. Une action est une valeur mobilière.

Pour l’entreprise, c’est un moyen de mutualiser son risque. Le risque est partagé entre les différents investisseurs qui détiennent des actions. En contrepartie, si les investissements de l’entreprise sont rentables, le cours de bourse va monter et l’actionnaire profite de cette rentabilité. En achetant une action, vous donnez de l’argent à l’entreprise mais au contraire d’un prêt ou d’une obligation, votre potentiel de gain est théoriquement illimité.

Pour pouvoir investir sur les actions et les détenir physiquement, vous devez ouvrir un compte titres auprès d'une banque ou d'un courtier en ligne. Sachez que toutes les actions de votre portefeuille boursier ne sont pas éligibles au PEA (plan d'épargne action). Une autre solution pour acheter des actions est de passer par un OPCVM ou un ETF (trackers). Ces fonds de gestion sont placés sous l'autorité des marchés financiers (AMF en France). Enfin, la dernière solution pour investir sur les actions, c'est de le faire via les CFD. Attention, ce sont des produits dérivés et vous ne détenez pas physiquement l'action. Vous n'avez pas accès aux droits qu'elle confère.

Les droits de l'Actionnaire



En étant détenteur d’une action, plusieurs droits vous sont accordés :

-

Droit de vote

: Chaque année, une assemblée générale est tenue par l’entreprise dans le but de faire d’une part valider ses comptes et d’autre part de faire valider ses décisions d’investissements. Etant actionnaire, vous avez le droit de donner votre avis. Plus vous possédez d’actions, plus votre vote est important. Une action donne généralement droit à un vote. Il est évident qu’un particulier seul n’a aucune influence sur les décisions de l’entreprise mais en se regroupant, les particuliers peuvent avoir un rôle important à jouer. La présence de l’actionnaire à l’assemblée générale n’est pas obligatoire. L’actionnaire peut également participer aux assemblées extraordinaires.

-

Droit à une rémunération

: Une fois l’exercice clôturé et les comptes validées, l’entreprise peut décider ou non de verser une part de son bénéfice à ses actionnaires sous forme de dividende. Ces dividendes représentent un pourcentage du bénéfice. La décision de verser des dividendes est décidée à l’assemblée générale de l’entreprise. Ce sont donc les actionnaires eux-mêmes qui décident de se verser ou non des dividendes. A court terme, cela est avantageux mais à long terme, mieux vaut laisser la possibilité à l’entreprise de réaliser des investissements qui génèreront de la rentabilité supplémentaire et feront donc monter le cours de bourse. Les dividendes peuvent également être versés même si l’entreprise est en perte sur l’exercice.

-

Droit à l’information

: Un actionnaire doit recevoir chaque année le compte de résultats de l’entreprise. L’entreprise doit également tenir informé ses actionnaires sur les opérations qui pourraient avoir une influence sur le cours de bourse (comme une OPA, une augmentation de capital...).

Les risques liés aux actions



Voici une liste des risques pour le détenteur de l’action :

-

Pas de flux réguliers

: Certes l’actionnaire peut recevoir des dividendes mais ce n’est pas une obligation de la part de la société d’en verser. Cette décision est prise à l’assemblée générale et pour favoriser l’investissement et le développement de l’entreprise, aucun dividende n’est parfois versé. De même, si l’entreprise est en perte sur l’exercice, elle ne versera pas de dividendes dans la majorité des cas.

-

Pas de remboursement in fine

: Le capital investit pour acheter l’action peut être entièrement perdu si la société fait faillite. En effet, les actionnaires ne sont pas des créanciers et sont remboursés en dernier. L’actionnaire investit dans la société et n’a donc aucune garantit de retour sur investissement au contraire d’une obligatoire qui assure normalement aux créanciers de l’entreprise d’être remboursé. Votre argent investit va donc fluctuer en fonction de la confrontation de l’offre et de la demande de titres financiers sur cette société en bourse. L'offre et le demande sont eux influencés par l’évaluation de la société et l'anticipation de ses bénéfices futurs ainsi que l’évolution de la conjoncture économique.

Les différents types d'Actions



-

Actions ordinaires

: Ce sont les actions les plus répandues. Elles donnent droit à un droit de vote.

-

Actions d’apports

: Ce sont les actions obtenues par les investisseurs en échange d’un apport en nature (bâtiments, terrains, matériels, brevets, etc.) à la création de la société.

-

Actions privilégiées

: Ces actions donnent un droit supplémentaire à leur détenteur. Cela peut être un double droit de vote, un dividende plus important. Le plus souvent, le dividende est fixe et garantit pendant toute la durée de détention de l’action, même si aucun dividende n’est versé par l’assemblée générale. Les actions privilégiées permettent également au détenteur d’être remboursé avant les détenteurs d’actions ordinaires en cas de faillite de la société.

-

Actions à dividende prioritaire (ADP)

: Les actionnaires sont prioritaires concernant le versement de leurs dividendes. En revanche, l’action ne donne aucun droit de vote. Ce type d’actions est soumis à certaines règles :

. Les ADP ne doivent pas dépasser 25% du capital social ;
. Si aucun dividende n'a été versé pendant 3 exercices, l'actionnaire retrouve son droit de vote.
. Le dividende prioritaire ne peut être inférieur à celui des actions ordinaires, ni à 7,5% du nominal des actions.
. Leur droit au dividende est prioritaire sur toutes les autres formes d'actions.

Capitalisation boursière



La Capitalisation boursière correspond à la valeur de marché de l’entreprise et ne doit pas être confondue avec la valeur réelle de l’entreprise (qui tient compte des dettes). Elle correspond au prix que doit débourser un acheteur s'il souhaite acheter la société. Dans les faits, l'acheteurs paie toujours une prime (autour de 25%) afin que le plus grand nombre d'actionnaires cèdent leurs titres financiers et que le rachat de l'entreprise puisse avoir lieu. Pour calculer la capitalisation boursière, il suffit de multiplier le nombre d’actions en circulation par le cours de bourse à un moment donné.

La capitalisation boursière évolue donc en permanence. Plus les bénéfices futurs de l’entreprise sont importants, plus la capitalisation est importante. La théorie d’efficience des marchés met également en exergue que plus les flux futurs sont incertains, moins la valeur de marché de l’entreprise est importante.

A propos du posteur

  • 729
  • 4542
  • 17954
  • 7306
Auteur du livre "Trading à sens Unique" (consultable gratuitement sur CentralCharts)

Ajouter un commentaire

no pic

Commentaires

0 Commentaires