Méthodes de valorisation d'une entreprise

  • 1342
  • 0

Qu'est ce qu'une méthode de valorisation ?



Une méthode de valorisation est une analyse permettant de déterminer la valeur de marché ou la valeur patrimoniale d'une entreprise. Les méthodes de valorisation sont très nombreuses et les résultats obtenus peuvent varier. On peut toutefois distinguer deux types de méthode, celle consistant à se baser sur les éléments du bilan de l'entreprise (ce qu'elle possède) et une autre se basant sur les flux de trésorerie futurs. Pour chaque type, plusieurs variantes sont possibles qui se fondent sur différentes données et hypothèses. La méthode choisie a donc un impact important sur la valorisation d'une entreprise.

Le choix de la méthode de valorisation se fait en fonction de plusieurs critères. Tout d'abord, le type d'entreprise est important (PME, grandes entreprises...). Vous devez ensuite regarder si l'entreprise est cotée ou non. Etant donné que le résultat de l'analyse varie selon la méthode de valorisation, il est indispensable d'utiliser plusieurs méthodes. Il s'agit davantage de trouver une fourchette de prix qu'un prix exact.


Méthodes patrimoniales de valorisation d'une entreprise



La méthode patrimoniale est basée sur les éléments du bilan de l'entreprise. Plusieurs méthodes existent pour déterminer la valeur de l'entreprise :

-

Actif net comptable (ANC)

: Il correspond au patrimoine de l'entreprise. La valeur de l'entreprise va être égale à ses actifs réels (ce qu'elle possède) auxquels on va soustraire ses dettes (ce qu'elle doit) et ses provisions. ANC = Actifs réels - dettes - provisions.

L'ANC peut être également calculé de la manière suivante : Capitaux propres - actifs fictifs
Les actifs regroupent principalement les frais préliminaires, les charges à répartir, les frais d'émission et primes de remboursement des obligations, et les écarts de conversion.

Le schéma ci dessous résume parfaitement la notion de l'actif net comptable :

valorisation actif net comptable
Cette méthode d'évaluation de l'entreprise est incomplète. En effet, les actifs au bilan sont évalués par leur valeur historique. Les plus ou moins values latentes ne sont pas prises en compte. De ce fait, une méthode d'évaluation plus poussée est utilisée comme méthode patrimoniale de base : ANCC (actif net comptable corrigé).

-

Actif net comptable corrigé (ANCC)

: Avec la méthode de l'ANCC, les postes de l'actif et du passif vont être réévalués à leur valeur marchande (valeur de marché) et non à leur valeur comptable.

Pour les actifs de l'entreprise, la réévaluation des différents postes peut se faire soit par des experts spécialistes ou par un coefficient de réajustement qui tient compte de l'inflation. Les principaux postes concernés sont les immobilisations lourdes (terrains, bâtiments), les matériels et équipement industriels, les actifs financiers (prêts, titres de participations, valeurs de placement), les stocks (produits finis et semi finis) et les actifs fictifs.

Pour le passif de l'entreprise, les principaux poste concernés (et qui vont donc être déduit de l'ANCC) sont les subventions d'investissement et les provisions réglementées, les provisions pour risques et charges, l'endettement financier, les derniers dividendes non encore distribués et les comptes courants d'associés.

-

Goodwill

: Le goodwill est une extension de l'ANCC prenant en compte la suvaleur de l'entreprise.
Valeur globale de l'entreprise = ANCC + Goodwill

Cette survaleur correspond à la fois ou actifs incorporels de l'entreprise (brevet, fond de commerce...) mais également au savoir faire de l'entreprise (en termes de management, d'organisation, de notoriété...). Il désigne l'avantage ou le bénéfice résultant de la réputation de l'entreprise et des relations avec la clientèle.

Pour évaluer ces différents éléments, on va calculer la différence entre les bénéfices totaux attendus par l'entreprise et la rémunération des capitaux engagés (actif net corrigé rémunéré au taux d'intérêt du marché). Le superprofit généré va alors être actualisé sur n années au même taux pour donner la survaleur, ou goodwill.

A = Actif économique
B = bénéfice (selon la méthode)
t = taux de placement sans risques
i = coût des fonds propres (CMPC selon la méthode

La méthode de l'évaluation par le goodwill est donc plus précise que les autres méthodes vu précédemment.


Méthodes de marché de valorisation d'une entreprise



-

Price Earning Ratio (PER)

: Le PER est l'un des ratios boursiers les plus utilisés du fait de sa simplicité d'utilisation et d'interprétation. Il ne permet pas de déterminer la valeur de l'entreprise réellement mais doit être utilisé comme outil comparatif entre les différentes valeurs d'un même secteur ou marché.

PER = Cours de bourse / Bénéfice net par action

Le PER exprime la valeur de l'entreprise sur la base du nombre d'années de bénéfices acheté. Un PER élevé par rapport au PER du secteur (ou marché, par exemple CAC 40) signifie donc que la valeur n'est pas chère et que donc théoriquement il faut acheter. A l'inverse, un PER inférieur au PER du secteur signifie que la valeur est surcoté et que donc il faut la vendre. C'est la théorie.

En pratique, les valeurs avec un PER élevé sont souvent des valeurs à fort potentiel de croissance ce qui induit pour l'acheteur, un risque plus important à l'achat. En revanche, les valeurs avec un PER faible sont des entreprises déjà à maturité qui versent le plus souvent d'importants dividendes à leurs actionnaires (ce qui réduit le PER). Sur ces valeurs, le risque est moins élevé pour l'investisseur mais l'espérance de gain sur le cours de bourse est nettement plus faible.

-

Gordon - Shapiro

: La méthode d'évaluation de Gordon Shapiro se base sur le principe que les dividendes perçus par les actionnaires vont croître de manière perpétuels à un taux fixe. La hausse éventuelle du cours (plus values) de bourse n'est pas pris en compte. La méthode va permettre de déterminer la valeur théorique d'une action. Le choix de verser ou non des dividendes va avoir une incidence sur le cours de bourse. La formule est la suivante :

Gordon Shapiro = D / (K - g)

D = Dividende anticipé la première période
K = Rentabilité attendu par l'investisseur
g = Taux de croissance perpétuel des dividendes

Avec cette formule, plus le rendement attendu par l'actionnaire est fort, plus la valeur de l'action sera faible. De même, plus le taux de croissance perpétuel sera éloigné de la rentabilité attendue, moins l'action sera chère.

La formule de Gordon Shapiro peut être utilisée à l'envers et permettre de déterminer le rendement attendu par l'investisseur. En effet, le cours de bourse est connu d'avance, c'est le cours de marché. L'investisseur aura tout intérêt à choisir l'action qui a la meilleure rentabilité attendue par l'actionnaire.

La principale critique que l'on peut émettre sur cette méthode est qu'elle suppose un taux de croissance constant des dividendes. Or, cela est rarement le cas et notamment du fait des cycles boursiers (périodes de crise, périodes de récession). De plus, selon les secteurs d'activités, les dividendes versés seront plus ou moins importants. Il faut donc comparer les entreprises d'un même secteur d'activité.


Méthodes comparative de valorisation d'une entreprise



-

Délai de recouvrement (DR)

: Le délai de recouvrement calcule le nombre d'années nécessaires pour récupérer la valeur de la société à partir des bénéfices nets actualisés au taux sans risque (Rf). Il est donc nécessaire d'évaluer sur une longue période les bénéfices futurs de l'entreprise. Cette méthode est souvent utilisée par les analystes et est plus pertinent que le PER. Pour son calcul, on va supposer un taux de croissance g des bénéfices de l'entreprise.

DR = (Bo *(1+g)^t) / (1+Rf)^t

Bo = Bénéfice de l'entreprise en l'année 0
g = taux de croissance
Rf = Taux sans risque
t = taux d'actualisation

-

Discounted cash flows (DCF)

: La méthode des Discounted cash flows se base sur l'évaluation de la rentabilité future en actualisant les cash flows futures de l'entreprise. Ils sont actualisés par le cout moyen pondéré du capital (CMPC). Cette méthode permet de déterminer la valeur présente de l'entreprise et met en évidence la capacité ou non de l'entreprise a créer de la valeur à travers ses différents projets d'investissements. Elle prend en compte la stratégie de l'entreprise mais également l'environnement économique. Les investissements, les gains de productivité et le taux de croissance sont alors intégrés dans le calcul.

valorisation discounted cash flow
CF = Cash flow
r = CMPC


-

Modèle de Bates

: Cette méthode d'évaluation est une version améliorée du PER. En effet, le modèle de Bates prend en compte un taux de croissance des BPA (Bénéfice par action), un taux de distribution pendant la période de détention et un taux de rentabilité exigé par l’actionnaire. Il permet de mettre en relation le PER actuel d'une valeur avec son PER dans n années en tenant compte de ces différents facteurs. En d'autres termes, le modèle de Bates permet l’obtention d’une valeur qui prend en compte les dividendes encaissés jusqu’à la cession et le produit de la cession. Voici la formule :

valorisation modèle de bates
DPA = Dividende par action
Kcp = Cout des capitaux propres
V = valeur de l'entreprise

-

Ratios

: Certains ratios permettent d'apprécier rapidement la qualité d'une entreprise et notamment sa solvabilité. Ces ratios sont basiques et permettent simplement une lecture rapide du bilan de l'entreprise. Voici les principaux :

Ratio 1 = Bénéfice / Passif de l'entreprise
Ratio 2 = Dettes / Capitaux propres
Ratio 3 = Capitalisation / dividendes versés
PBR (Price to book ratio) = Capitalisation / Actif net comptable
PSR (Price to sales ratio) = Capitalisation / Chiffres d'affaires

A propos du posteur

  • 679
  • 4542
  • 17496
  • 7775
Auteur du livre "Trading à sens Unique" (consultable gratuitement sur CentralCharts)

Ajouter un commentaire

no pic

Commentaires

0 Commentaires