Valeurs cycliques vs valeurs défensives

  • 12654
  • 0
Pour vous constituer un portefeuille d'action en bourse, vous devez connaître la distinction entre une valeur cyclique et une valeur défensive. Selon votre profil investisseur, votre allocation d'actifs sera plus ou moins orienté vers les valeurs cycliques ou de rendement. Quelque soit votre niveau d'aversion au risque, vous devez appliquer une stratégie de diversification au sein de votre portefeuille boursier.

Valeur cyclique



Une valeur cyclique est une valeur fortement liée à l'activité économique, à la conjoncture. En période de reprise et d'expansion, les valeurs cycliques sont les premières à en profiter. Leurs cours de bourse sont en forte hausse.

En revanche, en période de ralentissement économique et de récession, les valeurs cycliques sont les premières touchées. Les entreprises voient leur activité en forte baisse et ca se ressent au niveau du cours de bourse. La baisse peut être alors brutale.

Les valeurs cycliques regroupent les entreprises des secteurs d'activité de la Banque, Bâtiments et Matériaux de construction, automobile, biens et services industriels, produits ménagers et soins personnels, médias et divertissements, technologie, distribution (équipements, textiles…), voyages et loisirs, métallurgie et minier.

En période de crise par exemple, on comprend facilement que la construction de bâtiments soit en baisse. En effet, les ménages voient leurs revenus baisser et la sécurité de l'emploi est plus faible. Ils vont donc repousser l'achat de leur appartement dans l'attente de conditions plus favorables. Pour les entreprises du BTP, c'est donc une baisse du carnet de commande, une baisse du chiffre d'affaire. La sanction est immédiate au niveau du cours de bourse. 

Ces valeurs cycliques vont donc surperformer les indices boursiers en période d'expansion et de reprise (hausse des marchés) et sous performer les indices en période de surchauffe et de récession (baisse des marchés).

Valeur défensive



Une valeur défensive est une valeur qui est peu corrélée à l'activité économique, à la conjoncture. Ce sont les valeurs dont on dit qu'elles ne connaissent pas la crise. En période de surchauffe et de récession, les valeurs défensives vont rester solides. Leur activité est peu impactée et le cours de bourse est donc plus stable.

Pendant une période de reprise ou d'expansion, l'activité des entreprises défensives va augmenter mais très peu. Elles vont profiter des moments d'euphorie des marchés mais de manière limitée.

Les valeurs défensives regroupent les entreprises des secteurs d'activité de l'agroalimentaire, la santé, pétrole et gaz, chimie, assurance, services aux collectivités et télécommunications.


Prenons l'exemple de la santé. En période de crise, les ménages ne vont pas stopper leur consommation de produits/service de santé. Il y a une certaine stabilité du chiffre d'affaire des entreprises du secteur et le cours de cours reste donc plus ou moins stable.

Ces valeurs défensives vont donc sous performer les indices boursiers en période d'expansion et de reprise (hausse des marchés) et sur performer les indices boursiers en période de surchauffe et de récession (baisse des marchés).


Une classification parfois difficile



Ranger une entreprise en tant que valeur cyclique ou valeur défensive est parfois compliqué. En effet, au sein d'un même secteur d'activité, certaines entreprises sont cycliques et d'autres défensives. On peut prendre l'exemple des produits de luxe. Ce sont des biens de consommations et ils doivent donc être sensibles à la conjoncture. Pourtant, les entreprises spécialisées dans le luxe (LVMH par exemple) ont très bien traversées la crise du fait de leur développement dans les pays émergents. On peut donc considérer que les entreprises du luxe font partie des valeurs défensives puisqu'elles n'ont pas été impacté sensiblement par la mauvaise conjoncture économique. 

A l'inverse, on peut prendre l'exemple d'un secteur considéré comme défensif, l'agroalimentaire, et qui pourtant a vu nombreuses de ces entreprises fortement impactée par la crise. Il faut faire la distinction entre les distributeurs et les fournisseurs. Les distributeurs résistent généralement plutôt bien mais les fournisseurs ont subi de plein fouet la mauvaise conjoncture. De nombreux emplois ont été supprimés, des usines fermées. Les causes invoquées sont la hausse du coût des matières première et la pression toujours plus importante des grands groupes de distribution sur les marges. 

On peut également citer le secteur des services aux collectivités (secteur défensif) qui a été lourdement touché par la crise du fait de l'explosion de la dette souveraine. 

La classification des valeurs défensives et cycliques se fait donc au cas par cas même si de grandes tendances se dégagent au niveau des secteurs d'activités dans leur globalité. Avec l'évolution des différentes variables économiques, on constate également que certains secteurs d'activités défensifs peuvent devenir cycliques et inversement.


Diversification de votre portefeuille bourse



Pour bien investir en bourse, vous devez diversifier vos investissements. Cela permet de réduire votre risque. Si vous avez un horizon d'investissement long terme, vous devez donc inclure dans votre portefeuille bourse des valeurs défensives et des valeurs cycliques. Plus votre niveau d'aversion au risque est faible, plus vous pouvez intégrer des valeurs cycliques. Pour une bonne diversification de votre portefeuille bourse, vous devez également choisir différents secteurs d'activités et zone géographiques.

Si vous avez un horizon d'investissement moyen terme (investisseur plus actif), vous devez tenir compte de la conjoncture économique. L'économie est-elle dans une phase de surchauffe, de récession, de reprise ou d'expansion ? Si on est dans une phase de surchauffe ou de récession, vous devez vous tourner vers les valeurs défensives. Si on est dans une période de reprise et d'expansion, les valeurs cycliques sont plus intéressantes.


Choix de vos valeurs



Pour choisir vos actions en bourse, deux possibilités :

-

Approche macroéconomique (dite approche descendante ou top down)

: Cette approche consiste à étudier l'économie dans son ensemble. Vous devez alors identifier dans quelle phase l'économie se trouve (reprise, expansion, surchauffe ou récession). En fonction de votre analyse, vous allez alors pouvoir vous orienter vers les secteurs économiques adéquats. Puis, vous finirez par choisir les valeurs les plus solides au sein de ces secteurs d'activités. Cette approche macroéconomique demande des connaissances de l'économie en général.

-

Approche microéconomique (dite approche ascendante ou bottom up)

: Cette approche consiste à étudier en priorité les différentes valeurs pour dénicher les bonnes affaires du moment. Vous vous intéressez donc davantage aux fondamentaux de l'entreprise plutôt qu'à l'état de l'économie en général. Une fois que vous avez sélectionnez vos titres, vous portez attention au secteur d'activité de chacune d'entre elle pour opérer une diversification adéquate. Cette approche microéconomique demande des connaissances en analyse financière.

A propos du posteur

  • 808
  • 4542
  • 17548
  • 7306
Auteur du livre "Trading à sens Unique" (consultable gratuitement sur CentralCharts)

Ajouter un commentaire

no pic

Commentaires

0 Commentaires