Définition de la rotation sectorielle

  • 6434
  • 1

Qu'est ce que la rotation sectorielle ?



La rotation sectorielle est une technique de gestion visant à gérer un portefeuille en fonction des événements macroéconomiques. Le portefeuille est sur-pondéré ou sous-pondéré sur différents secteurs d'activités en fonction de l'évolution de la conjoncture économique. En effet, tous les secteurs ne se comportent pas de la même manière en temps de crise ou en phase d'expansion de l'économie, certains sont cycliques (dépendant de la conjoncture) et d'autres non. Chaque secteur a une sensibilité différente face à l'évolution de l'économie. La rotation sectorielle est de plus en plus présente en gestion de portefeuille et prend le pas sur la gestion géographique. Les investisseurs préfèrent investir dans un secteur d'activité ciblé à l'échelle mondiale plutôt que d'investir sur une zone géographique spécifique (Asie, Moyen Orient..).


Classification et facteurs d'influence sur les secteurs d'activités



La classification internationale des différents secteurs d'activité est la suivante :

classification secteurs activités bourseclassification secteur activité bourse

Cycles économiques et rotation sectorielle



L'économie est en constante évolution. Elle traverse différentes phases ou l'activité est plus ou moins importante. L'ensemble de ces phases forme un cycle économique qui influe sur la rotation sectorielle. Chaque phase à ses propres caractéristiques et traduit d'un état de la conjoncture économique. On distingue 4 phases dans un cycle économique : l'expansion, la surchauffe, la récession et la reprise. Pour en savoir plus sur les cycles économiques.

Comme nous l'avons vu précédemment, certains secteurs d'activité sont plus sensibles que d'autres à l'évolution de la conjoncture. C'est pourquoi, selon la phase dans laquelle l'économie se trouve, le gestionnaire de portefeuille va orienter ses investissements vers des secteurs différents. C'est la rotation sectorielle. La rotation sectorielle permet de choisir les secteurs qu'il faut privilégier en fonction des conditions de marché (inflation/ déflation / niveau des taux d’intérêts / marché haussier / marché baissier). Voici un graphique représentant ce concept :

rotation sectorielle et cycle économique
-

En phase de récession

: Durant cette phase de récession, les taux d'intérêts sont en baisse et le risque déflationniste est présent. L'ensemble des marchés boursiers sont baissiers. Le gestionnaire de portefeuille va alors chercher des secteurs d'activité cycliques qui sont en avance par rapport au cycle classique telles que les technologies de l'informations, ingénierie ou encore l'immobilier. Durant cette période, le taux d'épargne des ménages est souvent fort et l'aversion au risque est élevé notamment au début de la récession.

-

En phase de reprise

: Durant cette phase de reprise, les taux d'intérêts sont bas et il y a une reprise inflationniste. Les marchés boursiers redeviennent peu à peu haussiers pour finir par une phase d'euphorie ou les investisseurs ne retiennent que les bonnes nouvelles. Bien que la quasi totalité des secteurs soient en hausse, le gestionnaire de portefeuille va alors privilégier des secteurs cycliques tels que la banque, l'immobilier, les loisirs, l'automobile ou encore les hautes technologies.

-

En phase d'expansion

: Durant cette phase d'expansion, les taux d'intérêts sont en hausse et la reprise inflationniste est forte. Les marchés boursiers sont haussiers depuis un bon moment. Les investisseurs vont commencer peu à peu à sanctionner certains secteurs dont la visibilité est réduite (industries généralistes ou bien de consommation cycliques) pour en favoriser d'autres tels que le bâtiment, la chimie et les secteurs liés à l'exploitation des matières premières.

-

En phase de surchauffe

: Durant cette phase de surchauffe, les taux d'intérêts sont hauts et le risque inflationniste reste important. Les marchés boursiers se retournent à la baisse. Les investisseurs vont alors rechercher des secteurs non cycliques tels que la distribution, l'agroalimentaire ou encore la santé. L'aversion au risque va être de plus en plus forte et les investissements seront frileux.


Sensibilité des secteurs d’activités et rotation sectorielle



Les secteurs d'activité ont tous une sensibilité différente à l'évolution de la conjoncture économique (taux d'intérêts, taux d'inflation...). Il est donc possible de pousser la classification internationale qui différencie principalement les secteurs cycliques des secteurs non cycliques. Dans les deux cas, certains secteurs sont plus en retard ou en avance par rapport à l'évolution de la conjoncture économique. Ainsi, on peut donc distinguer les différents secteurs d'activité comme suit :

-

Secteurs cycliques (offensif) avancés

: Les secteurs cycliques avancés sont très sensibles aux variations de la conjoncture et donc particulièrement aux variations des taux d'intérêts. En effet, ces secteurs sont tirés par les liquidités. Certains secteurs peuvent être en avance de 4 à 6 mois sur l'environnement économique général. On parlera de secteurs "offensifs avancés". L'investisseur s'intéressera à ces secteurs en pleine période de récession. En effet, ils vont connaitre une reprise économique avant les autres secteurs cycliques.

Groupes concernés d'après la classification internationale : Technologie de l'information, services cycliques,

On va ensuite trouver les secteurs qui sont en avance de 1 à 3 mois sur les différentes phases du cycle économique, appelés les secteurs "neutres avancés". Les investisseurs iront vers ce type de secteurs une fois la phase de récession terminé et au début de la phase de reprise pour profiter pleinement de l'amélioration de la conjoncture.

Groupes concernés d'après la classification internationale : Industries généralistes, biens de consommations cycliques, sociétés financières

-

Secteurs cycliques (offensif) retardés

: Les secteurs cycliques avancés sont sensibles aux variations de la conjoncture et particulièrement à l'inflation. Ces secteurs sont tirés par les résultats et vont donc être en retard par rapport au cycle économique. En effet, pour que les résultats traduisent de l'amélioration de l'activité économique, il va falloir plusieurs mois de délais. Cela peut aller de 4 à 6 mois. Les investisseurs vont cibler ce type de secteurs lorsque la période de reprise est amorcée.

Groupes concernés d'après la classification internationale : Industrie de base, ressources

rotation sectorielle action
-

Secteurs non cycliques (défensifs) avancés

: Les secteurs non cycliques avancés sont peu sensibles à la conjoncture économique. Ces secteurs resteront rentables en cas de perturbations économiques même si une partie de leur résultat est lié à la conjoncture. Ils sont qualifiés de secteurs "défensifs avancés". Les secteurs dont l'impact de la hausse ou la baisse de l'activité économique globale est moins forte sont dénommés les secteurs "neutres retardés". Les investisseurs vont s'intéresser à ces secteurs en période de surchauffe pour à la fois se prémunir contre la récession à venir.

Groupe concerné d'après la classification internationale : Services non cycliques

-

Secteurs non cycliques (défensifs) retardés

: Ce sont les secteurs qui ont une sensibilité quasi nul face à la conjoncture. Les résultats des entreprises du secteur ne seront que peu impacté par la crise économique. Ces secteurs "neutres retardés" vont être sélectionnés par les gestionnaires de portefeuille en période de surchauffe et de récession.

A propos du posteur

  • 814
  • 4542
  • 17551
  • 7306
Auteur du livre "Trading à sens Unique" (consultable gratuitement sur CentralCharts)

Ajouter un commentaire

no pic

Commentaires

1 Commentaires