Définition de la création monétaire

  • 3558
  • 0

Qu'est-ce que la création monétaire?



La création monétaire est le processus conduisant à une augmentation de la masse monétaire. Cette masse monétaire peut être divisée en 2 grandes catégories : 

- la monnaie fiduciaire : Ce sont les pièces et les billets en circulation au sein d’un pays ou d’une zone géographique. Elle représente environ 5% de la masse monétaire mondiale.

- La monnaie scripturale : C’est l’argent sous forme d’écritures comptables. Cela représente 95% de la masse monétaire mondiale. Cet argent, il n’existe pas physiquement, ce sont simplement des lignes apparaissant au débit ou au crédit des comptes bancaires.

C’est pour cette raison que les banques avaient peur d’une seule chose pendant la crise, c’est que les particuliers décident de vider leurs comptes de peur de l’effondrement de la banque. Le mouvement de panique lui-même à générer la fermeture de certaines banques, incapable de donner matériellement des pièces et billets. En effet, cet argent n’existe pas réellement, c’est une simple écriture comptable…

La création monétaire est permanente et est en théorie régulé par les banques centrales. Ce sont elles qui décident du niveau de création monétaire qu’elle souhaite. 

Le grand public a souvent une image faussée de la création monétaire qu’il associe à la « planche à billets ». Il n’y que les faux monnayeurs qui font tourner les planches à billets comme dans les films mais malgré tout, il y a un point commun entre les banques centrales et ces faux monnayeurs. Il crée de l’argent ex nihilo (à partir de rien). Le prix Nobel de Sciences Economiques Maurice Allais estime d’ailleurs qu’il n’y a pas de différence entre la création monétaire faites par les banques centrales et les faux monnayeurs (puni par la loi). Elle se fait à partir de rien et aboutit aux mêmes résultats. La seule différence est que ceux qui en profitent sont différents…. A méditer !

Voyons maintenant les différents mécanismes conduisant à la création monétaire.


La création monétaire par le multiplicateur de crédit



Une grande partie de la création monétaire est réalisée par les banques commerciales qui délivrent des crédits à leurs clients (des particuliers ou des entreprises).

Si la demande de prêt est acceptée par la banque, elle va créditer le compte du demandeur du montant du prêt. Par exemple, si vous avez besoin de 200 000€ pour acheter votre maison, la banque va créditer votre compte de cette somme mais ce montant va apparaître au débit sur le compte de la banque. Elle vous avance 200 000€. 

Pour financer votre prêt, la banque peut utiliser l’ensemble de ses dépôts collectés (l’épargne court et long terme se ses clients). Elle utilise donc votre argent, votre épargne pour faire des bénéfices. En effet, lorsque la banque prête de l’argent à un client, ce dernier doit payer un taux d’intérêt (c’est tout à fait normal). En réalité, elle prête de l’argent qui ne lui appartient pas (c’est celui de ses clients), qu’elle ne possède pas. C’est juste un droit qui lui est accordé par la banque centrale. Par une simple écriture comptable (lié à la création d’un nouveau prêt), il y a donc création monétaire à partir d’un simple dépôt bancaire.

La banque transforme l’épargne en nouveaux prêts. Mais la création monétaire ne s’arrête pas la. En effet, le montant de ce prêt va lui aussi générer de nouveaux prêts. C’est ce que l’on appelle le multiplicateur de dépôts ou de crédits. 

Reprenons notre exemple. Vous avez donc obtenu 200 000€ de la part de votre banque pour acheter votre maison. Cette maison, vous la payez soit à l’ancien propriétaire, soit au constructeur. Les 200 000€ que vous lui avez donnés, il va les déposer sur son compte bancaire auprès de sa banque. Cette banque va alors recevoir de l’épargne fraiche qu’elle pourra à son tour prêter en accordant de nouveaux crédits…. C’est un cercle sans fin de création monétaire.

Il y a toutefois une limite à ce type de création monétaire du fait des règles Bale III. Vous savez ces réglementations sur la solvabilité des banques imposés par les autorités. Ces règles stipulent qu’une banque doit avoir un ratio de solvabilité de 8% (taux de réserve obligatoire), plus 2.5% de sécurité, soit 10.5%. Ce ratio interdit à la banque de prêter la totalité de l’épargne disponible provenant de ses clients.

En d’autres termes, lorsque la banque reçoit 1000€ d’épargne provenant d’un client, elle doit garder en réserve 105€ (1000 * 10.5/100). Elle ne peut donc prêter que 895 €. La banque suivante recevant l’argent du crédit ne peut elle prêter que 801 €. C’est ce qui limite le multiplicateur de crédit et donc la création monétaire.
Avec un dépôt initial de 1000€ dans une banque, la création monétaire est donc en théorie d’environ 4 500€ (895 + 801…), soit un multiplicateur de crédit de 4.5 (4500 /1000).

L’autre limite de la création monétaire par le multiplicateur de crédit, c’est la demande. Pour accorder de nouveaux prêts, il faut qu’il y ai un besoin d’argent de la part des différents acteurs économiques. En période de crise économique, ces besoins sont réduits du fait de la faible confiance des investisseurs en l’avenir. De son côté, la banque doit également être capable de trouver des clients qu’elle juge solvable. Le multiplicateur de crédit n’est jamais exploité à son niveau maximum théorique.


La création monétaire par l’endettement



Pour accorder un nouveau crédit (et donc générer de la création monétaire), une banque doit avoir des ressources. Si les dépôts de ses clients ne lui permettent pas d’accorder de nouveaux prêts, elle peut se tourner vers la banque centrale et lui emprunter de l’argent.

Dans ce cas, la création monétaire se fait véritablement ex nihilo. La banque crédite le compte de son client du montant du prêt et le même montant s’affiche au débit sur le compte de la banque commerciale. D’un autre côté, cette même banque se voit créditer du montant du prêt par la banque centrale qui elle l’inscrit au débit sur son compte. 

Mais Qui finance la banque centrale ? Personne ! La banque centrale peut créer autant d’argent qu’elle veut par une simple écriture comptable et elle ne doit rien à personne. C’est la magie de notre système monétaire…. C’est l’origine de la création monétaire. Par la suite, elle peut soit prêter cet argent à des banques commerciales ou acheter des bons du trésor. Son objectif est d’injecter de l’argent dans l’économie réelle pour financer son développement. Le problème c’est que les banques commerciales ne réinjectent pas forcément cet argent dans l’économie réelle. Depuis plusieurs années, on a vu un durcissement des règles d’obtention de crédit par les banques, pourtant elles ont des excès de liquidité provenant de la banque centrale…

C’est la toute la perversité du système monétaire. La banque centrale prête aux banques commerciales sans même savoir ce qu’elles vont faire de cet argent. Résultat, cet argent se retrouve sur les marchés financiers…. Et non dans l’économie réelle !

Toutefois, le montant prêté aux banques n’est pas illimité. Chaque semaine, la banque centrale fixe un montant qu’elle est prêt à accorder aux banques (ce qui lui permet de garder un contrôle théorique sur la création monétaire). Ce montant varie selon les objectifs de la banque centrale (lutter contre la déflation, relancer la croissance…). Ce sont les banques offrant les taux d’intérêts les plus élevés à la banque centrale qui se voient attribuer l’argent. Avec les taux bas actuels, l’argent est presque donné gratuitement aux banques…. 

Avec cet argent gratuit (ou à cout très réduit), ces banques peuvent accorder des prêts si elles le souhaitent. Si de nouveaux prêts sont accordés, la création monétaire est double. Il y a création monétaire par la banque centrale et création monétaire par les banques commerciales avec l’effet du multiplicateur de crédit que j’ai évoqué plus haut.

Pour ces banques, la vie est belle ! Elles prêtent de l’argent qui provient soit de ses clients, soit de la banque centrale. Cet argent ne leur appartient pas, mais les banques peuvent en tirer un important bénéfice (le taux d’intérêt du prêt). Le seul risque est que le prêt ne soit pas remboursé. Mais si c’est le cas, la banque peut saisir les biens liés à l’obtention du prêt. Par exemple, si vous ne pouvez pas rembourser le crédit de votre maison, elle va saisir votre maison et la vendre pour rembourser son prêt. C’est beau le métier de banquiers…. On gagne à tous les coups.


Les outils à disposition de la banque centrale pour la réguler



-

Le taux de réserve obligatoire

: C’est le taux utilisé pour les ratios de solvabilité Bale III appliqués aux banques commerciales. Il est actuellement de 8%. Il correspond à l’argent que la banque doit mettre en réserve et ne peut pas prêter lorsqu’elle reçoit des fonds (provenant de l’épargne de ses clients ou de la banque centrale). C’est la banque centrale qui fixe ce taux. 

Pour réduire le nombre de crédit et donc la création monétaire, il lui suffit d’augmenter ce taux. L’effet du multiplicateur de crédit est donc réduit. A l’inverse, au baissant le taux, la banque centrale favorise la création monétaire.

-

Taux de refinancement

: C’est le taux auquel les banques commerciales peuvent se refinancer auprès de la banque centrale. Plus ce taux est bas, plus les banques commerciales vont chercher à emprunter (l’argent étant moins chère), ce qui augmente la création monétaire. A l’inverse, une augmentation du taux de refinancement réduit la création monétaire. Il correspond au taux directeur que vous connaissez…

-

Opérations d’open market

: C’est une opération réalisée par la banque centrale qui consiste à vendre ou acheter des titres publics (bon du trésor) sur le marché interbancaire. Si la banque centrale vend des titres, elle récupère des liquidités auprès des banques commerciales. Ces liquidités ne pourront alors pas être utilisées pour accorder de nouveaux prêts, ce qui a pour effet de réduire la création monétaire. A l’inverse, en achetant des titres publics (Opération de QE), la banque centrale déversent des liquidités aux banques commerciales, favorisant ainsi la création monétaire par l’effet du multiplicateur de crédit. 

Tout cela est de la théorie, car au final les banques font ce qu’elles veulent, elles sont libres de prêter ou non (et donc d’injecter ces liquidités dans l’économie réelle). Quoi qu’elles fassent, personne ne leur dis rien…. Ce sont ces banques qui dirigent le monde, qui ont la main sur la création monétaire, sur l’inflation, sur la croissance, sur l’investissement…. L’excès de liquidité profite uniquement aux institutions financières, la population (c'est-à-dire vous) n’a que des miettes, ce que l’on veut bien lui donner….

Je propose une idée toute simple pour avoir un contrôle accrue sur la création monétaire. Il suffit que la banque centrale demande et vérifie à quelles fins l’argent emprunter par les banques est utilisé. Pourquoi la banque centrale ne le fait pas ? Le secteur bancaire est tout puissant, il dirige le monde….

A propos du posteur

  • 704
  • 4542
  • 17924
  • 7306
Auteur du livre "Trading à sens Unique" (consultable gratuitement sur CentralCharts)

Ajouter un commentaire

no pic

Commentaires

0 Commentaires