Inflation réelle et inflation perçue

  • Qui a voté?
  • 5871
  • 0

Définition de l'inflation réelle et l'inflation perçue



L'inflation réelle correspond au taux d'inflation mesurée par l'indice des prix à la consommation. L'inflation perçue correspond au taux d'inflation mesurée par une enquête d'opinions auprès des ménages. Cette dernière n'a pas de légitimité d'un point de vue économique, c'est un simple ressenti. Il y a souvent de fortes disparités entre l'inflation réelle et l'inflation perçue. L'écart entre les deux est-il bien réel ? Comment expliquer cet écart ?


Calcul de l'inflation réelle



Pour calculer le taux d'inflation via l'indice des prix à la consommation, l'INSEE utilise en référence un panier de biens et services de référence. Elle mesure la variation des prix de plus de 1100 familles de produits sur un total de 30 000 points de vente. Le taux de couverture des biens et services est de 97% en 2016. L'inflation réelle intègre donc l'ensemble des biens et services de consommation avec la répartition suivante en 2010 par secteur (source INSEE):

inflation insee secteur

Comment expliquer la différence entre inflation réelle et inflation perçue ?



La faible pondération de certains postes de dépenses

Certains postes de dépenses sont sous pondérés par l'INSEE comme le logement et l'énergie. Par exemple, le logement ne représente que 10% du panier total de biens et services. Or, pour beaucoup de ménages, le logement représente une part bien plus importante de leur budget. L'INSEE n'a pas pris en compte la flambée des prix entre 2000 et 2008. En France, la moyenne de la part du logement dans le budget se situe à 18% si on prend l'ensemble de la population (y compris ceux ayant déjà remboursé leur emprunt immobilier) et 27% si on prend seulement les accédants à la propriété. L'inflation ressentie semble donc beaucoup plus importante que l'inflation réelle pour une importante partie de la population. Cet écart est bien réelle.

Structure de consommation

Selon vos revenus et votre patrimoine, la structure de consommation des ménages est très variable. Pour un revenu modeste, la consommation va se concentrer sur les biens et services de consommation primaire (logement, alimentaire, santé, transport...). Pour les plus gros revenus, la consommation intègre des postes de consommations plus diversifiés et secondaires tels que les loisirs, la restauration, l'habillement...

Selon la famille des biens et services, l'inflation est très variable. Elle peut par exemple augmenter fortement sur le logement et pas sur l'habillement et les loisirs. Si l'inflation réelle augmente principalement sur les biens et services primaires, les revenus les plus modestes vont percevoir une inflation ressentie plus forte que les ménages ayant des revenus plus importants. A l'inverse, si l'inflation se concentre sur les biens et services secondaires, les ménages les plus modestes ne vont que très peu ressentir les effets de l'inflation.

La structure de consommation, fonction de vos revenus et de votre patrimoine, influe donc énormément sur l'inflation ressentie. 

La fréquence de consommation

Si vous consommez régulièrement un bien ou service dont le prix a fortement augmenté, vous allez ressentir un écart important entre l'inflation réelle et l'inflation ressentie. Prenons le cas d'une personne qui prend régulièrement les transports et admettons que ce post de dépense soit intégré à hauteur de 13% dans le panier de l'INSEE. Si les prix des tickets de train augmentent de 5% mais que dans le même temps le prix des autres biens et services ne bouge pas dans le panier, le taux inflation est de 0.65% (5% * 13%). De votre coté, vous percevez une inflation supérieure à l'inflation réelle qui est calculée sur l'ensemble des postes de dépenses.

Les ménages sont plus sensibles aux hausses de prix

Voici un graphique montrant l'évolution de sondages d'opinion entre l'inflation perçue et l'inflation réelle en zone euro :

sondage inflation
On constate qu'en cas de baisse du taux d'inflation, l'inflation ressentie est semblable à l'inflation réelle. En revanche, après une période de forte hausse du taux d'inflation, l'inflation ressentie devient beaucoup plus importante et augmente plus longtemps que l'inflation réelle. Les ménages ont l'impression de voir leur pouvoir d'achat fondre et ils deviennent alors très pessimistes.

A propos du posteur

  • 817
  • 4542
  • 17553
  • 7306
Auteur du livre "Trading à sens Unique" (consultable gratuitement sur CentralCharts)

Ajouter un commentaire

no pic

Commentaires

0 Commentaires